mardi 27 janvier 2015

Comment isoler la toiture de sa maison ?

Mettre en œuvre une isolation thermique performante est essentielle principalement des raisons économiques et écologiques. Quand on isole une maison, il est plus judicieux de commencer par isoler la toiture, pour la simple raison que la toiture représente près du tiers des déperditions de chaleur de la maison.

Quel matériau choisir pour mettre en œuvre une isolation de la  toiture ?

Pour procéder à l’isolation de la toiture, on peut utiliser des isolants traditionnels comme la laine de roche, la laine de verre, le polystyrène ou encore la mousse de polyuréthane, polystyrène. A l’heure où l’on parle de développement durable et de protection de l’environnement, il est préférable, voire souhaitable d’utiliser un isolant écologique ou un écolo-matériau comme les panneaux de laine de bois.

Le panneau de laine de bois ne présente que des avantages dont les principaux sont : tout d’abord son côté naturel, ensuite sa densité. Le panneau de laine de bois est un isolant dense, il ne s’affaisse donc pas dans le temps. Plus un matériau est dense, moins il se tassera dans le temps.

Le troisième avantage du panneau de laine de bois est ses qualités d’isolation. La laine de bois est tout d’abord un isolant thermique, mais aussi un isolant phonique et acoustique. Son plus par rapport aux autres matériaux, c’est qu’il est également un isolant contre la chaleur. Il permet de ne pas faire entrer à l’intérieur la chaleur en été. Bref, le panneau de laine de bois est un isolant d’hiver et un isolant d’été naturel et dense.

Comment procéder à l’isolation d’une toiture traditionnelle avec des panneaux de laine de bois ?

Dans le cas d’une toiture traditionnelle, on est en présence d’une sous toiture avec des chevrons et au dessus un voligeage et une toiture ventilée. Comme la surface à isoler est ventilée, il n’est pas besoin de prévoir une lame d’air. Pour isoler la toiture, on va utiliser des panneaux de lame de bois de 8 cm d’épaisseur.

On commence par mesurer la distance entre les chevrons. Puis on découpe le panneau de laine de bois, en prenant soin d’ajouter 1 ou 2 cm de plus que la mesure entre chevrons. La découpe est facile, pour cela on utilise un couteau ou une scie spéciale isolant. Comme l’isolant est naturel, sans toxicité et non irritant, on n’a besoin d’aucune protection particulière. Néanmoins, si l’on est  allergique à la poussière, le port d’un masque est recommandé.

Une fois le morceau de panneau de laine de bois voulu découpé, on procède à la pose. La mise en place est très simple puisqu’il suffit de coincer le morceau de panneau entre les chevrons en forçant un peu vu qu’il est plus large. De cette façon le panneau tient très bien. Comme un peu de poussière de bois peut tomber, il vaut mieux porter des lunettes de protection pour ne pas s’abimer les yeux. On procède de la même façon jusqu’à ce que toute la surface soit recouverte de panneaux de laine de bois.

Une fois cette première couche d’isolant de 8 cm d’épaisseur mise en place, on a déjà réduit les déperditions de chaleur par le toit, ce qui est un résultat satisfaisant. Mais comme la réglementation prévoit  environ 28 cm d’isolant, on va rajouter une deuxième couche.

Cette deuxième couche va venir en pose croisée sur les chevrons, à cheval sur la première couche pour couvrir les raccords de la première couche.

Pour maintenir les panneaux sur les chevrons, on utilise des vis de 24cm de longueur et une rondelle pour isolant souple, ceci pour éviter que la vis ne traverse le panneau. On cale le panneau de laine de bois puis on le visse dans le chevron. On a bien sûr pris soin de marquer l’axe des chevrons pour être sûr de visser dans les chevrons.  Il faut bien tasser les deux couches d’isolants  entre eux pour éviter une éventuelle lame d’air qui n’apporte rien a cet endroit. Procéder de la même façon pour toute la surface.

Vous trouverez plus d’informations sur l’isolation de la toiture par l’intérieur avec notamment de la laine de bois en regardant ce tutoriel complet : http://www.materiaux-naturels.fr/dossier-ecologie/isolation-toiture/55-isolation-sous-toiture-entre-chevrons-deux-couches-isolant-charpente-traditionnelle.html

mercredi 21 janvier 2015

Un condo est-il plus pratique qu’une maison?

Lorsque vient le temps d’envisager l’achat d’une première propriété, une foule de questions se posent. Il faut définir ses besoins et ses priorités. Selon ce qu’on recherche, la vie en condo peut sembler très pratique ou encore très contraignante. Mais une maison a aussi ses points forts et ses mauvais côtés.

La proximité des services

Les condominiums ont l’avantage d’être souvent érigés dans des quartiers commerciaux ou près de ceux-ci. Les transports collectifs se trouvent également à proximité la plupart du temps, ce qui permet de se déplacer facilement et rapidement.
Dans ce contexte, l’achat d’une voiture devient superflu, ce qui permet de réaliser des économies par rapport à une maison neuve à vendre en banlieue qui obligerait un ménage à se doter d’une voiture, ou même de deux, pour se déplacer quotidiennement.
Il existe même des immeubles où des commodités et des services sont accessibles aux résidents, comme une piscine, une salle de sport ou un dépanneur.

Le coût moins élevé

En moyenne, un condo coûte moins cher qu’une maison, surtout dans le cas d’un projet où les promoteurs offrent souvent de généreux rabais en prévente. Il est donc plus facile d’accéder à la propriété en achetant un condo à Montréal dans le secteur Villeray, par exemple, qu’en choisissant un jumelé sur la Rive-Sud.
L’hypothèque est donc moins importante et les frais d’entretien mensuels sont parfois peu élevés. D’ailleurs, si l’immeuble est bien géré, il n’y aura jamais de frais supplémentaires pour des travaux d’urgence, contrairement à une maison où un propriétaire doit payer pour tout. Les taxes municipales et scolaires sont également moins importantes pour un condo.

Mais moins spacieux

Les unités de condos sont souvent petites, équivalant à des appartements d’une à trois chambres à coucher. Les pièces elles-mêmes peuvent être petites dans certains immeubles. Par conséquent, les espaces de rangement sont réduits et il n’est pas toujours possible d’avoir accès à un espace d’entreposage supplémentaire et sécuritaire.
Même si certains condos sont entourés d’une mince bande de verdure, il n’est pas toujours possible d’avoir accès à un terrain lorsqu’on vit en copropriété. Et même si la plupart des condos offrent des balcons, ceux-ci sont parfois minuscules, ce qui n’invite pas à la détente.

Et moins intime

Vivre en copropriété impose de vivre très près des voisins, l’espace intime de chacun ne se limitant qu’à sa partie privative. En effet, il faut partager les espaces communs et la cohabitation n’est pas toujours facile. Dans certains immeubles, la liste des règlements ne cesse de s’allonger et la cohabitation devient de plus en plus contraignante.
Les odeurs de cuisson ou de tabac peuvent passer d’un appartement à l’autre, ce qui peut être incommodant. Par contre, les unités sont souvent très bien insonorisées. De plus, même si on est chez soi, il faut toujours obtenir la permission des autres copropriétaires avant de modifier son logement.
En somme, il est vrai qu’un condo peut-être pratique pour certaines personnes, mais il s’agit d’un mode de vie qui ne peut pas plaire à tout le monde. L’aspect pratique se définit alors selon des besoins et des goûts individuels.

mardi 20 janvier 2015

L'achat aux enchères consiste-il une bonne opportunité pour acquérir un bien immobilier ?

Actuellement, les enchères immobilières sont de plus en plus prisées car elles représentent un excellent moyen de faire de bonnes affaires. En effet, il est parfaitement possible d’acquérir une habitation ou un terrain aux enchères à un prix très intéressant, et ce sans avoir à passer par l’intermédiaire d’un agent immobilier. Pour plus de sécurité, il faudra cependant faire appel aux services d’un notaire ou d’un avocat spécialisé dans le domaine des enchères.

Les avantages d’acheter un bien immobilier aux enchères

Acheter un bien aux enchères immobilières présente de nombreux avantages intéressants.

La rapidité des ventes ou des procédures d’achat

Aujourd’hui, les délais des transactions sont souvent très longs. Les enchères immobilières, quant à elles,permettent de vendre ou d’acheter un bien immobilier plus rapidement. Il faut en effet savoir qu’en moyenne, 2 à 3 mois suffisent pour finaliser une vente ou une procédure d’achat.

Les transactions transparentes

La majorité des enchères immobilièressont publiques. Les prix sont donc accessibles en toute transparence et sans aucune discrimination possible. Cela signifie que le vendeur n’a pas la possibilité de choisir son acheteur, ni d’augmenter le prix de son bien comme bon lui semble.Une fois l’enchère terminée, le prix final de la vente sera publiée et consultable par tous.

Un prix juste

Une vente immobilière traditionnelle implique souvent une négociation directe entre l’acheteur et le vendeur. Le prix final ne dépendra donc pas seulement du prix du marché mais également du savoir faire commercial des deux parties. Dans le cas d’une enchère immobilière, le prix final est atteint en fonction des différentes offres soumises par les acquéreurs potentiels et sera donc au prix réel du marché au jour de la vente. A savoir que la mise à prix d’un bien est généralement fixée à 30 % en dessous de la valeur d’estimation avant d’atteindre le prix du marché.
Avant de se lancer dans l’achat d’un bien immobilier aux enchères, il faut savoir que toute enchère immobilière doit obligatoirement être portée par un notaire ou un avocat inscrit au Barreau. Il est donc important de faire appel à un avocat ou un notaire pour s’assurer d’acheter aux enchères en toute légalité.
Plus d’informations sur les formalités de vente d’un bien aux enchères sur : http://www.nassyha.com/index.php/domaines-dintervention/vente-aux-encheres.html.